Alex Rouys … ou la passion de la glisse sous toutes ses formes et si possible à 200 à l’heure.

 

Aexandre Rouys - Brisbane 2016

Alexandre Rouys – Brisbane 2016

Championnat du Monde Raceboard 2016 à Brisbanne Australie. Championnat qui fait rêver, Brisbane, côte Est Australienne, non loin de la barrière de corail.  Comme nous avons pu le suivre sur http://www.ausraceboard.org/ avec des moyens à la hauteur de l’événement avec live tracking et reportage vidéo quotidien, la régate a été belle tant au niveau du spot, de la météo et du nombre de participants. Loin, trop loin, pour que manifestement des coureurs français(es) fassent le déplacement. Néanmoins, dans la liste des concurrents où figure le drapeau de chaque nationalité présente … un bleu blanc rouge ressort ! Alexandre Rouys ! Alexandre Rouys ?  … manifestement, un inconnu des pratiquants raceboard de métropole. Un planchiste sur place qui a vu de la lumière et a ouvert la porte ?  Non, un vrai véliplanchiste …venu en presque voisin de 2000 km de la Nouvelle Calédonie, haut lieu de la pratique windsurf, Territoire d’Outre-mer . La nouvelle Calédonie a souvent sorti de grands champions internationaux tels Laurent Gauzère, Manolo Barlet, Jean-Louis Colmas, Michel Quintin ou la légende vivante Robert Téritéhau et on en oublie sûrement , plus récemment les frères Goyard qui tournent très forts…. en funboard ou olympisme.

Toujours est-il que nos amis australiens nous « arrosent » de photos sur ce championnat et CAL1 alias Alexandre Rouys est souvent à l’affiche et semble même être dans le coup. Même plus, il attire franchement l’attention en lâchant le « wish » pour lever sa main au photographe avec toujours la banane. Dans la tourmente du jeudi où ça claque manifestement à plus de 30 nœuds, Alex « à bloc » au portant en 9.5 nous sort encore le grand sourire quand les autres ont les bras rallongés et la langue pendue jusqu’au harnais. 14ème au général final, Alex n’a pas fait effectivement que figurer.

Salut Alex, …. l’étonnant Alex, même ! Peux-tu te présenter à la métropole qui te découvre à 20 000 kms de distance. Que pratiques-tu en windsurf et autres sports habituellement, pas de la raceboard manifestement ? Tu sembles plutôt affuté physiquement.

Je suis issu du waveriding mais cela fait un moment, déjà 2 ans que les sessions de vague en Calédonie se font rares, dû a la météo pas très clémente et à la difficulté pour traverser le lagon dans 25 noeuds et rejoindre les précieuses vagues du récif.

Je me suis diversifié en Stand up paddle Race et Vague et de plus en plus en windsurf slalom par la  facilité de le pratiquer!!  Je veux prouver que même si à 70kg on ne peut pas aller chercher les médailles, on peut quand même engager de bonnes batailles avec les lourds !!

La raceboard reprend un second souffle en Europe dont la France, ça existe des raceboarders en Nouvelle Calédonie ?

Des raceboard en NC, il y en a mais ça se fait rare !!! Le doyen de mon club ACPV pratique encore la raceboard pour le plaisir. C’est lui qui m’a prêté une vielle raceboard (Phamtom 310 – 18kg) planquée au fond du club pour m’entrainer avant le départ pour l’Australie et Brisbane. J’ai pu faire 3 sorties avant à cause d’un planning très chargé les semaines qui ont précédées mon départ.

Dont la préparation de la LMA race, une course de paddle Downwind de 23 km qui s’est faite fin octobre et où je me classe 2ème devant le japonnais Tomo. On a fait un très beau score en finissant la course en 1h41.

Qu’est-ce qui t’a amené à traverser pour l’Australie et t’embarquer sur un championnat du monde de Raceboard ?

Je fais aussi de la voile,  » de la vraie voile » en équipage à 9 sur un sydney 38. On a réalisé la Groupama race cette année, une banane Olympique de 500 miles nautique en 6 jours de pétole autour de la Calédonie.

Je suis demandeur de ces régates au près, avec tactique et stratégie!! J’ai appris la planche à voile sur les Mistral olympiques avec les voiles promotionnelle de la fédé puis ensuite avec les voiles olympiques quand j’étais ado. Après ça je suis remonté sur une raceboard quand j’ai effectué le tour de la nouvelle Calédonie en planche à voile en 2011. 5 jours de raceboard à 8h par jour et 5 jours de formula pour réaliser le tour sois un périple de 10 jours.

Et c’est vrai que je garde toujours un œil sur ce qui se passe dans le pacifique en événement glisse et quand j’ai vu les championnats du monde raceboard à 2h de la maison je me suis dit  » why not me  » !!! 🙂 quelques mails, quelques questions et échanges avec les organisateurs et me voilà dans l’aventure!!

Je voudrais souligner une chose dans cette aventure du championnat du monde 🙂 !!! Parce qu’arriver en avance et y participer comme ça, ça manquait de piment dans l’idée!

J’ai donc proposé à Lilou Granier (championne d’Europe IFCA – 18 et Championne du monde -16 IFCA) issue du même club si ça ne l’intéressais pas de venir faire ces premiers bords en Vague sur une compète à 2h de route au Sud de Sydney. Et nous voilà parti pour Sydney avec la maman de lilou et Lilou à 4 jours des mondiaux.

Initiation vague pour Lilou et reprise du matos de vague pour ma part le vendredi sur le spot de Gerroa.

capture

NSW Wavesailing Association- Alexandre Rouys

Samedi premier tour de qualif que je remporte dans des conditions difficile et Lilou se place 2ème  fille sur 3. Dimanche la météo s’annonce au top et c’est un Gerroa ON FIRE qui se réveille à midi avec l’arrivée de Scott Mckercher aux inscriptions! On se retrouve en demi-finale que je remporte a gros coup d’aérials et pour finalement finir cette merveilleuse compétition à une 4ème place finale, épreuve remportée par Scotty. Lilou se classe 3ème sur 3 avec des images plein la tête et une envie de retourner jouer dans les vagues au plus vite.

Et c’est là que tout se complique… 3 jours de wave sailing et maintenant il faut reprendre la route pour Sydney et ensuite l’avion pour Brisbane (1h30 de vol)

Lundi matin lever 4h… avion à 6h… la compagnie refuse de prendre mon gréement de Raceboard, mat trop grand. Je réussis finalement à prendre un vol à 07h30 pour une arrivée à 08h (décalage horaire)… départ de la course à 11h !!! C’est chaud c’est chaud mais j’y crois et je fonce!! Le temps de récupérer la voiture de loc, charger et faire les 30min de voiture.

Plus qu’à récupérer la voile neuve de l’organisation, coller les numéros et monter les straps et on est bon!!! Arrivée sur la ligne de départ dans la minute!!! Ça oui, c’est une semaine de dingue qui commence ahahah !!!.

Plutôt à l’aise sur ta planche, toujours propre à voir sur les photos et vidéos, même des départs rail reculé aux max, tout sur l’aileron. Tu ne mets pas longtemps à t’adapter ? Difficile la raceboard ?

S’adapter ?? Ça reste du windsurf… une voile, une planche à part les couleurs le concept reste le même! Je suis convaincu que faire plusieurs pratiques différentes aide à progresser dans l’autre  » ça reste de la glisse « .

La raceboard ça devient difficile quand l’on ne se bat plus à armes égales avec du matériel différent! Et c’est vrai que j’ai beaucoup souffert d’être venu avec un vieux mat souple qui trainait dans mon garage. J’aurais dû louer le gréement avec les mats SLAKE de l’organisation qui étaient de très bons mats! Quand le matos est aligné correctement et bien réglé, la raceboard c’est trop bon !! Carrément 🙂 🙂

Redescendre la dérive avec la main avant dans 25 nœuds après un gros portant à bloc, c’est pour marquer l’histoire de la raceboard ? Filmé et photographié, ça n’a échappé à personne !  Énorme.

Ah cette histoire de dérive, c’est tout un périple à chaque fin de bord de vent arrière!! C’est vrai qu’il faut avoir l’habitude et un bon coup de main ou plutôt un bon coup de pied pour pouvoir la descendre sans quelle se fasse la malle et le faire en plus rapidement … donc c’est vrai que la redescendre a la main dans le vent était plus rapide et plus simple pour moi  🙂

Merci pour cet interview

15167637_1258998570832214_3560448102307069580_o

Alexandre Rouys – Brisbane 2016

 

15194465_1258998577498880_812563912403567455_o

Alexandre Rouys – Brisbane 2016

Crédit photo : International Raceboard Class  et @Jason Hale

Sources:

https://www.facebook.com/RaceboardClass/?fref=ts

https://www.facebook.com/nswwavesailing/?fref=ts

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté dans Portraits de coureurs