Interview – Benjamin Longy, nouveau champion de France Raceboard 2016. Victoire à domicile.

Benjamin Longy - CNBPP

Benjamin Longy – CNBPP

Championnats de France Raceboard 2016 au CNBPP (La Baule – Pouliguen – Pornichet) du 21 au 23 octobre, Benjamin Longy, 23 ans, devient le nouveau champion de France 2016 au cours d’une régate qui s’est jouée à couteaux tirés avec pas moins de 6 leaders dont le champion sortant, Jean-Baptiste François, en 7 manches courues. On pouvait s’attendre à un championnat ouvert où tout pronostic était risqué, cela s’est pleinement confirmé. Benjamin, licencié au CNBPP s’est donc montré le plus polyvalent où toutes les conditions météos ont été rencontrées : lightwind, medium et brise pour finir.

Benjamin, d’abord toutes nos félicitations au nom de F.R.A. pour ce titre. C’est en coureur local que tu t’es présenté sur cette course. Peux-tu nous raconter ce qui t’as amené à participer pour manifestement jouer la gagne car tu semblais très décidé sur l’eau. Peut-on dire aussi que tu es nouveau sur le support raceboard ? Une préparation particulière ?

« Merci F.R.A. ! Oui on peut dire ça, j’avais navigué seulement une fois sur cette planche, c’était durant le championnat de France Raceboard Jeune en 2012 ou je termine 4ème. Je suis donc remonté sur cette belle Mistral Equipe 2 la veille de la compétition (elle appartient à mon voisin et ancien coureur: Régis Dunand).

Cela fait 3 ans maintenant que j’ai totalement mis de côté la planche à voile. Après 9 ans de sport étude à La Baule, j’ai décidé de faire des études en alternance, ce qui m’a poussé à arrêter le haut niveau. Je me suis orienté vers un sport beaucoup plus loisir et détente qui est le surf. Je navigue bien évidement encore en vague lorsque les conditions sont présentes ou en voile lorsqu’on me le propose.

Il y a une semaine j’ai entendu dire qu’un Championnat de France / National planche à voile se déroulerais au CNBPP et donc chez moi ; après avoir vu la liste des inscrits j’ai tout de suite voulu participer afin de revoir des amis que je n’avais pas vu de longue date. Une fois sur l’eau avec une partie de mon ancien matériel (Voile RSX 9.5), les réflexes et les réglages reviennent peu à peu et l’envie de performer aussi ! Mais ce n’est que lorsque que je me retrouve le premier jour dans le trio de tête que je comprends qu’il y a un quelque chose à jouer… jusqu’à en perdre la peau des mains haha !

Je ne voudrais décevoir personne, mais non, je n’avais pas de préparation particulière. J’ai réussi par contre à utiliser mes souvenirs de mes années précédentes, et j’ai la chance de bien connaître le plan d’eau ainsi que la voile que j’ai utilisé. Avec un peu plus de temps j’aurais sûrement changé les lèvres de dérive et navigué un peu plus ! »

Comment as-tu géré la course par rapport aux conditions météos annoncées et face à une adversité que tu découvrais ?

« J’ai attendus avec impatience un vent soutenu afin de pouvoir être calé au près et au planning au vent arrière pour ne pas voir partir les Phantoms. J’ai eu aussi très peur dans le médium des coureur légers et des voiles light qui vont très vite au près. Mais avec du recul, cela à été très bien que les conditions aient été homogènes, cela a permis à tout le monde de s’exprimer. »

Avais-tu conscience que tu jouais le titre sur la dernière manche face à Paul Hirtzmann et Alain Cosson qui allait vivre une incroyable déconvenue par une chute éliminatoire sur une portant venté ?

« Haha oui (mais je ne n’avais pas connaissance de la chute) ! Après la première manche du jour, je me suis dit qu’il y avait moyen que ça soit serré. J’ai appris dans le même temps que le premier de la manche était OCS et qu’il ne restait qu’une seule manche. Après un rapide calcul nous étions tous les 3 à égalités. J’ai voulu prendre un départ dégagé et bien placé sur la ligne pour faire de mon mieux sur le premier près, puis j’ai fait glisser sur le reste du parcours. Malgré quelques fautes et une chute (moi aussi sur le dernier portant) j’étais euphorique en voyant mon avance à l’arrivée. »

Que retiens-tu de ces championnats ?

« Pleins de bon souvenirs, je me suis vraiment éclaté pendant 4 jours. J’ai revu plein de monde et je suis super content de voir que j’ai quelques restes. Je n’ai percuté qu’a la fin de la compétition que je venais de gagner un championnat de France et que sûrement plein de concurrents se sont entraînés pour y parvenir. Je suis très fier d’avoir remporté un titre de champion de France. »

La Raceboard est en pleine relance avec comme un des objectifs fixés de se positionner comme un support régate auprès des jeunes sortants de la T293 et n’ayant plus de support à leur portée. D’ailleurs 17 d’entre eux ont répondu présents à La Baule. Quel message leur adresserais-tu ?

« La Raceboard est vraiment un super support, l’ambiance sur l’eau comme à terre y est vraiment bonne. Il y a beaucoup moins de prise de tête et j’aime beaucoup. C’est une très bonne alternative pour continuer la planche à voile à dérive après la T293. Le support est facile et cela avance dans tous les temps, et demande moins d’investissement que la RSX. On y vient forcément un jour ou l’autre et à n’importe quel âge, vous retrouverez sûrement vos amis qui ont souhaité faire de la RSX. L’avantage est que vous aurez pris de l’avance sur le support ! PS : Si je devais acheter une planche à dérive pour le loisir, je choisis évidement une Raceboard !!! »

Des projets possibles pour 2017 sur ce support ?

« Je pensais peut-être recommencer la RSX à la fin de mes études, mais mon retard est maintenant trop grand. Le format Raceboard serait une super alternative. Il faut que je vois avec mon club pour le matériel et avec mon porte-monnaie pour les finances. Je dois pour le moment trouver un premier travail avant de planifier quoi que ce soit en planche à voile.

Mais je tiens à dire que ce championnat me fait beaucoup réfléchir et je suis très motivé à recommencer la compétition ! »

Autre chose ?

« Je suis vraiment très heureux d’être devenu le nouveau champion de France raceboard au CNBPP où j’étais ici, chez moi. Cela me tenait à cœur de faire un bon résultat afin de représenter mon club. Le championnat a été superbement organisé, c’était la première fois que je voyais autant de planche ici. Et nous avons eu toutes les conditions possibles durant ces 3 jours. Je voudrais féliciter tous les coureurs mais plus particulièrement mon ancien partenaire d’entraînement du Centre d’Excellence planche à voile de La Baule Paul Hirtzmann (vice-champion de France). Merci au CNBPP pour l’organisation ainsi que le prêt de matériel, à tous les concurrents pour m’avoir donné l’envie de tout donner, et merci encore à mes anciens entraîneurs Stéphan et Fabrice qui m’ont tout appris ! »

Posté dans Actus Pays de Loire, Portraits de coureurs