[NDLR] Cette interview est traduite de la version originale en anglais. Read the Interview in English

[Thierry] Bonjour Matthew, pour ceux qui ne te connaissent pas, tu peux te présenter rapidement ?

[Matthew] Age – 46 ans ; Navigue depuis 35 ans ; Fabricant de voiles depuis 23 ans.

Avant de fabriquer des voiles,  j’étais moniteur de voile en catamarans, dériveurs et planche à voile. J’ai appris à naviguer sur un Firefly

Mes spots de navigation favoris : Bretagne (partout) France, Aotea Harbour New Zealand, et la Cornouaille UK.

Travail – Maître voilier chez Demon design Sails

[Thierry] A propos de la Raceboard en général, quel est ton feeling par rapport à ce type de planche ?

[Matthew] Je pense que la raceboard est une super catégorie spécialement pour la course. Pour avoir un type de planche de régate à succès, le plus important est de pouvoir aller sur l’eau et régater quel que soit le temps ! Les autres supports de régate sont sérieusement limités par le fait qu’ils ne fonctionnent pas en dessous d’une certaine force de vent.  Pour la Formula, le windfoil, le slalom, il faut au moins 10 nœuds pour courir. La raceboard est unique dans le monde du windsurf, elle a la plus grande plage d’utilisation : de 4 à 30 nœuds. Pour quelqu’un qui veut régater au niveau d’un club, la raceboard est la solution parfaite.

[Thierry] Pourquoi aimes tu la raceboard ?

[Matthew] J’aime tous les types de planches : De la planche de vagues en passant par les planches de slalom et jusqu’au foil. Mais à chaque fois que je remonte au vent au près serré sur une raceboard dans 10-12 nœuds, c’est le paradis !

[Thierry] Quel est ta vision du futur de la classe Raceboard ?

[Matthew] C’est aux coureurs de décider mais j’encouragerai tout le monde à penser avec sérieux au futur et en particulier à comment rendre la classe Raceboard plus attractive et avec plus coureurs.

Je voudrai voir une ouverture de la classe vers plus de fabricants de planche.

Pour moi, la contrainte d’avoir 25 planches produites en série est un problème. Aujourd’hui, il y seulement 2 planches sur le marché. ce n’est pas assez ! Nous devons envisager de supprimer complètement la jauge des planches de production et autoriser tout le monde à construire une planche dans la jauge. Cela permettrait aux coureurs de faire fabriquer des planches localement avec un bon service après vente, un bon réseau local et une bonne connaissance du milieu. Peut être que cela permettrait d’amener sur des événements internationaux, des passionnés qui couraient avec leur flotteur maison contre les autres meilleurs planches. Voulons nous vraiment exclure ce type de passionné de notre classe ?

MAIS cela implique une refonte complète des règles de classe Raceboard. On devra introduire un système de jauge et je pense que ce cette jauge devra être finement définie. Une jauge très « ouverte » ne serait pas bonne car les planches seraient trop différentes. Je pense à une jauge qui spécifierait la largeur, l’épaisseur, le poids minimum, etc… avec des critères précis qui permettraient malgré tout de faire des planches différentes en fonction des préférences des coureurs.

Pour moi la Raceboard devrait être comme cela, comme l’avait fait les Divisions 1 et 2. Ces jauges étaient les classes les plus populaires, nous devrions nous en inspirer !

Aujourd’hui la jauge n’inclut plus aucune mesure aussi bien des planches que des voiles,  ce serait un grand changement culturel. Mais je pense que cela aiderai de la manière suivante :

  • Les coureurs de différents poids et niveaux pourraient trouver des planches plus adapter à leur progression.
  • La qualité des planches s’améliorerait en design et en construction. Elles dureraient plus longtemps.
  • Il y aurait une gamme d’équipements disponibles pour une gamme de prix.
  • Des fabricants locaux pourraient mieux servir leur marché local ( NZ, AUS, France, Espagne, Royaume Uni)
  • Des fabricants plus spécialisé seraient plus réactifs pour la classe Raceboard.

C’est une décision difficile à prendre. Je commence à en parler ici avec toi. La jauge doit être revue complètement. La classe a formé un Comité Technique pour faire ce travail – j’espère juste qu’ils consultent largement et considèrent véritablement toutes les options de manière transparente.

Nous devrions également faire attention à l’aileron. Au championnat du monde à Brisbane, plusieurs coureurs remontaient au près grâce à un aileron surdimensionné. Il est logique de réduire la traînée au près. Et quand il y a du vent ça peut aussi être plus facile pour tous les coureurs, surtout si les planches sont conçues pour ça. Est-ce ce que nous voulons faire cela de la classe Raceboard ? Il existe déjà des classes pour ce type de navigation, donc c’est quelque chose qui doit être considéré avec attention et MAINTENANT avant que les planches soient produites pour exploiter cette caractéristique. Je connais déjà un coureur de haut niveau qui ne voudra plus courir en raceboard si la navigation sur l’aileron devient normal, donc ne rien faire a des conséquences et fait quelque chose ! (Je suis indécis si c’est bon ou mauvais)

Pour moi, la jauge Raceboard devrait faire appel au plus grand nombre possible de coureur (poids, compétence physique), être utilisables dans la plus large gamme possible de conditions (vitesse du vent, état de mer) et être une racebaord classique.

Oh, et je voudrais interdire le pomping… immédiatement ! Nous devrions faire de la planche à voile pas de « l’aviron à voile »

[Thierry] Pourquoi ne pas raccourcir la planche?

[Matthew] Bien sûr, une planche plus courte est plus facile à faire voyager en avion. Mais c’est le seul avantage et il ne concerne que quelques personnes. Il est évident qu’une planche plus courte est moins rapide qu’une raceboard dans le petit temps. Les vents légers sont les conditions où une raceboard surclasse toutes les autres catégories de planches, pourquoi faire plus court et moins efficace ? Notre seul intérêt est l’amélioration de nos planches dans ces conditions. Je ne vois aucun intérêt pour la classe Raceboard d’avoir des planches plus courtes.

[Thierry] Quelle est ta définition d’une bonne voile de Raceboard ?

[Matthew] Une voile rapide !

Nous aimons les voiles avec un fort allongement (High aspect ratio) pour la raceboard.

Dans TOUS nos essais depuis 1980, les voiles High aspect ratio ont prouvé qu’elles étaient meilleures sur un type de course ou sur une saison. Elles son plus efficaces, plus rapides, plus belles et plus faciles à manœuvrer que les voiles avec un allongement plus compact.

Les voiles DOIVENT avoir une très large plage de réglage. Nous avons quelques fois fait des voiles de petits temps, mais notre préférence va vers les voiles avec une très grande plage de réglage.

[Thierry] Comment une voile « High aspect ratio » peut elle être plus facile à contrôler dans le vent ? Ce devrait être le contraire.

[Matthew] En effet, beaucoup de gens pensent cela mais dans la pratique ce n’est pas le cas ! Le secret c’est d’adapter le creux de la voile avec le réglage du guindant et du wishbone. Si tu peux aplatir le profil de la voile du haut jusqu’en bas, ça marche. Par exemple, pour la 9,5 Demon Design VG7, nous avons 110 mm de réglage au guidant entre le réglage de petit temps et le réglage de brise. Dans tous les cas, un wishbone plus court est plus facile à contrôler.

Sur ces 2 photos, vous pouvez voir la forme de la voile que nous essayons d’avoir pour nos voiles : Creuse et tendue pour le petit temps à gauche et plate et relâchée pour la brise à droite.

Avant tout, nous faisons des voiles pour nous. Cela veut dire que nous vendons uniquement des voiles avec lesquelles nous aimerions naviguer. Donc nous fabriquons des voiles légères, solides et aussi rapides que possible !

[Thierry] Quels sont les prochains changements chez Demon Sails ?

[Matthew] Nous avons tant de projets pour la Raceboard et si peu de temps !

Nous travaillons sur une nouvelle dérive, des ailerons et de nouvelles voiles. Nous avons un jeu de lattes complètement nouveau  pour les voiles de course. Nous fabriquons aussi des voiles de vagues que nous vendons sous la marque www.5-oceans.com donc si quelqu’un peut nous aider à trouver 25 heures dans une journée cela nous aiderait !

La grande excitation pour 2018 est que nous allons installer un nouveau magasin dans le département  29 près de le Dosen où nous allons transférer quelques production. Donc bientôt, on pourra écrire “Demon Design Sails – Fabriqué en France”!

[Thierry] Fantastique nouvelle ! J’espère que nous pourrons naviguer ensemble la bas ! Merci encore pour ta gentillesse et ton temps !