Interview du vice-champion de France 2016 : Paul Hirtzmann

Paul Hirtzmann

Paul Hirtzmann

Championnats de France Raceboard 2016 au CNBPP (La Baule – Pouliguen – Pornichet) du 21 au 23 octobre, Paul Hirtzmann devient vice-champion de France sur une régate très disputée entre 5 coureurs ne lâchant rien.

Paul, 24 ans, d’abord toutes nos félicitations au nom de F.R.A. pour ce podium, tu fais partie des jeunes « loups » venus en sérieux clients pour jouer le titre. Contrairement à Benjamin Longy, la raceboard en 380, n’est pas nouveau pour toi car on t’as déjà vu sur des régates ces dernières années comme à la Medcup. Ton nom n’est pas inconnu non plus car ton père, Philippe a été de nombreuses années un redoutable régatier connu de beaucoup.

Comment t’es-tu préparé avant de venir ? Tu avais un matériel proche de Benjamin, peux-tu nous en dire plus ?

Ma préparation a en fait consisté à m’inscrire avant la date limite d’inscription, le 16, car je n’ai appris qu’il y avait ce championnat que le 15 ! Puis j’ai essayé de rassembler de quoi naviguer, soit la fanatic megacat de mon père qui n’a pas pu participer, et une de mes anciennes voile de RSX 9.5 qui trainait au club (CVAN Nantes). Un matériel pas toujours très au point avec un wishbone assez usé et des poulies de pied de mat qui se font la malle avant de gréé le deuxième jour !

La préparation sur l’eau s’est résumé à une sortie de 2h le jeudi avec benjamin pour vérifier que le matériel tenait et reprendre quelques marques étant donné que je n’ai pas renavigué sur une planche à dérive depuis ma 1ere place à la Medcup début 2015 qui avait elle aussi été ma seule navigation de 2014.

Sur la course à proprement dite, comme l’as-tu abordée et préparée ?  Sentais-tu le coup jouable dès la première manche et avais-tu cerné tes adversaires potentiels pour la suite ?

Benjamin et moi avons été partenaire d’entrainement au pole de La Baule en RSX pendant 5-6 ans, nous nous connaissons donc bien et avions tous deux un bon niveau en RSX avant d’arrêter en 2012.

Mon objectif sur ce championnat étant surtout de m’amuser et de renaviguer avec les amis, je l’ai abordé sans pression et comme cela se présentait.

Je me suis un peu loupé sur la première manche avec un bon départ mais en ratant les deux bascules de vent sur le premier près. Cependant j’ai vu que les deux Benjamin jouaient devant alors que nous avons à peu près le même niveau et je me suis donc dit qu’il devait être possible de jouer le podium.

Et cela c’est confirmé sur les manches du lendemain avec deux manche de 1er et deux autres manches avec de grosses erreurs mais toujours au contact.

Avais-tu compris que tu jouais le titre de champion sur la dernière manche avec Alain Cosson et Benjamin ? Comment s’est passée cette manche où l’ordre d’arrivée a finalement décidé du podium ?

Pour la dernière manche je savais que nous étions à égalité de point avec Alain et Benjamin et que celui  qui serait devant … gagnerai.

Connaissant Benjamin qui a toujours été fort dans le vent, je ne pouvais pas me contenter de le marquer, je devais soit prendre une meilleure option soit espérer qu’il fasse des erreurs. Malheureusement pour moi il a toujours navigué légèrement plus vite sans faire de fautes à pars une chute sur le dernier jibe mais avec trop d’avance pour que je puisse en profiter !

A charge de revanche pour la prochaine régate !

Te voyant occasionnellement sur les régates, peut-on dire que c’est un support adapté à une vie personnelle bien remplie et autorisant même la performance vu ton résultat ?

Je suis encore étudiant pour une année à l’école de marine marchande (ENSM), et j’aurai à terme un rythme de 3 mois embarqué puis trois mois de vacances  et donc surement plus de temps pour les régates !

Ma présence occasionnelle sur les régates vient surtout du fait qu’après avoir arrêté la RSX en 2012 je me suis tourné vers l’habitable et le catamaran, et ma participation en raceboard correspond surtout à la proximité des régates !

Mais c’est vrai que la raceboard reste un support sympa qui permet de prendre plaisir à naviguer, régater et parfois performer sans pour autant avoir une préparation digne d’un athlète des JO, ni les dernières planches !

Des projets 2017 en windsurf où l’on pourra te revoir à l’œuvre ?

Après un super championnat comme celui-ci avec du monde sur la ligne et un bon niveau sur l’eau, ça donne envie de revenir ! Après je ne connais pas le calendrier raceboard 2017 mais il y a des chances que j’essai de participer à quelques épreuves en fonction de ma disponibilité et de mon budget disponible.

Paul Hirtzmann

Paul Hirtzmann

Posté dans Actus Pays de Loire, Portraits de coureurs