Interview Jean-Baptiste François, Champion de France Raceboard 2017 et porteur d’une dynamique

Jean-Baptiste François – champion de France Raceboard 2017

Jean-Baptiste, à nouveau champion de France en 2017 après 2015. Si ton niveau de performance n’a pas baissé en deux ans, au contraire, même, ta façon de pratiquer ou tes objectifs ont-ils évolué en deux ans?

J’ai pas mal navigué depuis septembre avec en parallèle un peu de préparation physique, renforcement musculaire, rameur. Mes objectifs en planche me permettent de faire du sport de manière continue et de rester en forme, c’est important pour moi. J’ai besoin de projets pour rester motivé sur le long terme.

Mes objectifs sont toujours les mêmes, je veux être le meilleur. J’essaie de faire ce qu’il faut pour y arriver, parfois ça marche, d’autres fois non.

 Ta vision sur ce qui s’est passé à Brest, à terre comme sur l’eau. Quels sont tes ressentis sur les courses et leur déroulement, les discussions à terre.

Assez frustré des 2 premiers jours où on a failli ne même pas faire une course ! Pas de chance côté météo. Mais je suis content que l’on ait pu courir le samedi car je n’aurais pas aimé que tout se joue sur la seule journée du dimanche. C’est le seul grand évènement (en terme de participants) qu’on a dans l’année en France … ça aurait été dommage.

Le parcours était intéressant et assez plaisant (avec deux bords de largues après la bouée au vent, au lieu d’un seul traditionnel)  mais je pense que dans des conditions de vent léger, c’est quand même compliqué physiquement. Je pense qu’il faudrait partir sur 2 parcours type, un pour le petit temps et un pour des conditions de planning.

 

A terre les personnes discutaient pas mal de matériels. Tout le monde compare ses voiles, ses planches, les dérives… c’est très intéressant, ça ouvre des perspectives de progression et d’évolution de notre support.

 Nous avons vu à Brest que la performance des Charentais était plus très bonne. Vous vous étiez préparés en groupe ? Brest, un projet commun?

Après le mondial de cet été à Salou en Espagne, je me suis rendu compte que pas mal de trucs n’allaient pas. En particulier au niveau du cap/vitesse au près.

Je me suis remis en question sur ma méthode d’entrainement et de son efficacité. En 2016/2017 je naviguais tout le temps tout seul et avec du recul, ce n’était pas vraiment productif. Difficile de se rendre compte de ce qu’on vaut réellement sans partenaire.

J’ai donc souhaité créer un petit groupe d’entrainement sur La Rochelle où j’avais déjà rencontré quelques personnes intéressées pour naviguer. Le but était de ne jamais se retrouver seul sur l’eau pour s’entrainer. Ça fonctionne pas mal, on a réussi à mettre place 1 à 2 entrainements par semaine, le WE.

Ce groupe m’apporte beaucoup, en particulier sur le développement du matériel, comme les réglages de la planche. Un travail auquel je n’aurai pas forcément pensé étant habitué à la monotypie avec la Mistral ou la RSX. Dans tous les cas on se tire vers le haut et l’ambiance est vraiment sympa !

Tes projets en 2018?

Je vais me préparer pour le mondial, à Blanes fin juin, c’est un gros objectif compte tenu du niveau mondial élevé. Selon où sera situé le championnat d’Europe je voudrais également y participer.

Je souhaite faire évoluer mon groupe, intégrer encore des personnes motivées pour qu’on progresse ensemble et créer une vraie dynamique à La Rochelle.

 Quelque chose à ajouter?

J’espère que nous pourrons donner envie à d’autres coureurs de nous rejoindre. La Raceboard est un support vraiment sympa, vous avez le choix entre une multitude de flotteurs ou de gréements ce qui vous laisse un grand nombre de combinaisons possibles.

C’est un support facile, les voiles sont légères, avec peu de pumping pour être efficace, où on favorise la glisse et la régate. C’est assez tolérant en terme de condition physique, on n’a pas besoin de passer son temps à faire de la prépa physique, juste un peu d’entretien suffit.

 

 

Posté dans Actus Limousin Charente, Compte rendu compétition, Portraits de coureurs