Quand deux clubs Rhônes-Alpins favorisent une reprise de pratique windsurf en plan d’eau intérieur

C’est par le hasard que F.R.A. se retrouve maintenant à la tête de sept planches offertes par le club de Villerest près de Roanne (Loire). C’est en effet par des contacts locaux qu’il y a un an je lance un appel à d’anciens raceboarders licenciés dans le Rhône-Alpes retrouvés sur Facebook. Puis rien, aucun retour. Ressurgis quelques mois plus tard un contact en la personne de Jean-Edouard Turc, ancien régatier raceboard dans les années 90 et actuel président du club de voile de Villerest dans le Loire. Villerest dans les années 90, c’est entre 20 et 30 régatiers raceboard et des participations aux régates locales et mêmes internationales en IMCO. Le club est voué maintenant à disparaître. Le matériel sera repris par des clubs du département: CN-SE, LF Voile, Les Revottes. Le bâtiment du club sera lui repris par la  base de loisir en décembre pour être démoli puis reconstruit, sans activité voile prévue pour le moment. Une page se tourne ?

 capture1

Base nautique de Villerest (Loire)

 capture

Base nautique de Villerest (Loire)

De mon côté, j’explique à Jean-Edouard, que sur  le Lyonnais, la raceboard reprend gentiment et que plusieurs clubs sont intéressés pour une pratique loisir/découverte, loisir régate. Le hic, il est très difficile de trouver du matériel d’occasion. C’est là que Jean-Edouard, séduit par le projet, propose de contacter les anciens régatiers du CV Villerest qui ont encore des planches au club pour les céder à FRA. Sept planches sont recensées dont 4 Mistral OD, deux Fanatic mega/ultra cat et une Tiga racing

Ces planches seront réparties dans la région dont une première partie déjà placée au Lyon Sport Métropole, ex ASCUL au grand large  avec Eric Payan, responsable planche du club, raceboarders, pour les entretenir et les proposer aux adhérents.

15002249_10154587063523805_6147061795931648547_o

Raceboards dans leur nouveaux club … Lyon Sport Métropole au grand Large (Meyzieu – 69)

Les carènes des deux Fanatic ont déjà été remises à neuf par Eric. Gildas Thurin ex-raceboarder Francilien dans les années 90, maintenant Lyonnais en a profité pour adhérer au LST et se remettre à la régate …. 16ème au dernier championnat de France à La Baule et récent vainqueur de la régate de ligue à l’ASPTT Lyon. D’autres contacts régionaux ont été pris par ailleurs. L’histoire devrait se répéter.

14895427_10211030302457302_1888485866_o

Gildas Thurin (Lyon Sport Métropole) aux championnats de France Raceboard 2016

14714880_1243729995692685_132234301004205596_o

Gildas Thurin (FRA-882) aux championnats de France Raceboard 2016

Les prochaines étapes ce seront des régates d’animations sur des parcours types raids sur le lac ou relai à 2 ou 3 coureurs pour permettre d’inviter et d’initier de nouveaux pratiquants à la Raceboard, du club ou extérieurs. L’objectif, c’est la raceboard accessible pour tous, tant par le support que par les parcours proposés, à l’échelle club.

Jean-Edouard, stéphanois comme Fred Becquart, a bien voulu répondre en voisin à quelques questions, ce 3 novembre 2016 au café « les Artistes », (ça ne s’invente pas !) jour où la donation est signée à F.R.A.

14937917_10154873897593641_1191197204_n

Jean-Edouard Turc et Fred Becquart au café ‘les Artistes’ le 03 novembre 2016

Jean-Edouard, quelle a été ta réaction à cette prise de contact amont, surement inattendue pour toi ? L’idée d’une deuxième vie pour ces planches a-t-elle facilement convaincue tes amis ? Surement des souvenirs de régates et de la vie du club sont remontés dans les discussions ?

Je conservais le matos sans pour autant penser réellement m’en resservir, mais les souvenirs, les compétitions m’empêchait d’aller à la … déchetterie. Je n’aurais jamais pensé revoir le matériel renaviguer. C’est donc avec grand plaisir que j’ai accepté de céder ces planches. Les camarades qui ne naviguaient plus ont aussi accepté. En se remémorant les bons souvenirs de ces années raceboard, ils ont même fini par réinvestir sur du matériel pour reprendre la planche !

Qu’est-ce qui a fait qu’une « petite » mais belle structure comme le CV Villerest pourtant très dynamique dans les années 90 avec une école de voile et des groupes compétition en windsurf très dynamiques et représentatifs (une trentaine de régatiers et pratiquants loisir raceboard !) en arrive aujourd’hui à cesser toute activité.

La planche à voile est un sport très complet, idéal pour les jeunes mais de plus en plus difficile à faire vivre dans les clubs, les plus petits en particulier, depuis la professionnalisation de l’encadrement et l’allongement des formations des permanents recrutés.  Le club a pu vivre dans les années 90 avec un permanent formé en 6 mois en cours du soir. A présent, il faut deux ans à plein temps pour obtenir un brevet d’état. Les couts en masse salariale ne sont plus les mêmes pour les clubs. Cela n’a pas été viable pour le CV Villerest qui avait besoin d’un permanent à plein temps pour fonctionner.

De son côté, Eric Payan a récupéré 5 des 7 planches et nous répond aussi à quelques questions.

Peux-tu nous présenter d’abord le LSM (Lyon Sport Métropole) en quelques mots? 

Lyon Sport Métropole Voile est la branche voile de L’Association sportive des employés de la Ville de Lyon et de la Métropole de Lyon. Ce club (qui s’appelait auparavant ASCUL) dispose d’une base sur le plan d’eau du Grand large en banlieue Lyonnaise depuis 1981. C’est une structure de taille moyenne (environ 150 membres) au fonctionnement très associatif.

Le club accueil toutes les pratiques possibles sur le plan d’eau autour de la voile : habitables, dériveurs et planches à voile.

Eric, tu récupères donc des planches au club (Lyon Sport Métropole), comment se sont passées les discussions avec ton président lorsque tu l’as sollicité pour récupérer et du coup relancer la pratique raceboard ?

Le club avait déjà pratiqué la Raceboard dans le passé, deux F2 Lighting prenaient tranquillement la poussière dans un coin du terrain. Après avoir remis en état ces deux planches, quelques membres du club (dont notre président, J. Bert) ont commencé à s’intéresser à ce support adapté à un plan d’eau aux vents faibles et tournant. La direction du club a été favorable pour compléter les deux premières planches afin de disposer d’un parc suffisant pour pouvoir naviguer en groupe, le tout pour un budget compatible avec nos moyens.

A qui vont s’adresser ces planches ? Et quel format de pratique proposez-vous à vos adhérents?
Les planches sont accessibles à tous les membres. C’est un principe du club que chaque membre puisse naviguer avec tous les supports.

En pratique, sur notre plan d’eau calme, les raceboards sont des planches simples d’accès même pour des planchistes peu expérimentés. La difficulté vient plutôt de leur relative complexité et fragilité qui va nécessiter un suivi régulier. Il nous reste également à réfléchir aux gréements mis à disposition.

Des déjà des réactions de la part des adhérents?

Il se divise en deux catégories : Ceux (généralement d’un bon niveau) qui considèrent ces planches comme rétro, et n’acceptent pas de naviguer avec une planche à dérive. Évidemment, vu nos conditions de vent, ce groupe est souvent sur la plage à discuter plutôt qu’à naviguer.

Et ceux qui sont intéressés pour diversifier leur pratique, et se sont intéressés à un type de flotteur plus polyvalent.

On a pu faire quelques sessions de navigation à trois planches cet automne et les retours sont très positifs avec le plaisir d’exploiter tout le plan d’eau et de ne pas être limité à des bords de vent de travers.

Quelles perspectives en terme d’animation envisagez-vous sachant que le LSM n’est pas un club axé sur la compétition windsurf bien que pouvant organiser des événements.

La réflexion est ouverte, on cherche à organiser une rencontre ludique courant juin. Nous en sommes au tout début du travail et nous allons avoir besoin de la fédération pour nous aider dans cette démarche.

Tu en as testé quelques-unes des planches arrivées ? Tes impressions?

En plus des F2 Lightning sur lesquelles je navigue depuis deux saisons, j’ai testé la Tiga dont le shape très tendu et le volume plus faible, m’ont intéressé. Faute de vent j’ai surtout vu ses défauts (cap médiocre au près) et j’attends le printemps pour vérifier son potentiel de vitesse.

J’ai également hâte de tester les Fanatic MegaCat dont les performances m’ont l’air d’être un cran au-dessus.

Merci Eric pour ces retours,

Fred Becquart, Pdt de F.R.A.

Posté dans Actus Rhône Alpes